IMG_5858

IMG_5857

Le kintsugi est une technique traditionnelle japonaise de réparation des objets cassés à l'aide de la laque. Celle-ci possède un effet durcissant très fort lorsqu'elle sèche. Au Japon, ses propriétés sont utilisées pour coller les récipients depuis la période Jomon, c'est-à-dire il y a 9000 ans.

Lors de la cérémonie de clôture des récents Jeux paralympiques, Andrew Parsons, président du Comité international paralympique, a présenté le kintsugi comme étant conforme à la philosophie des Jeux paralympiques, en déclarant : "L'idée est d'accepter les imperfections de chacun et de les chérir plutôt que de les cacher."

Le processus du kintsugi comporte sept étapes, selon l'objet, et peut prendre six mois ou plus, car la laque met plusieurs jours à sécher avant de pouvoir passer à l'étape suivante.

Lorsque nous réparons quelque chose, nous pensons aux personnes qui l'ont utilisé et à celles qui l'utiliseront à l'avenir, nous réfléchissons à l'ambiance que la finition doit donner à l'objet, si la forme doit être ronde, plate ou creusée, si l'apparence doit être lisse ou inégale, quelle doit être l'épaisseur des lignes ? Quelle couleur ? Quelle est la taille des particules d'or ? Recolller les parcelles représentent tout un travail et c'est un moment amusant. Quand c'est terminé, on a l'impression que l'objet recollé nous remercie.

En restaurant les objets qui sont cassés nous pouvons regarder les défauts lorsque nous les utilisons et nous souvenir des événements et des personnes qui les ont créés, et continuer à chérir ces objets.

Pour la cloche à vent de la marque Touch Classic que nous avons réparée cette fois, le revêtement noir tamamushi-nuri du verre ressemblait à un bleu profond, nous lui avons donc donné une couleur de galaxie et saupoudré de lamelles d'argent.

En profitant et en prenant soin des choses voilà une vie respectueuse de l'environnement. Ce serait bien si cette tradition du kintsugi se developpait dans le monde entier.

Fûrin (clochette) en verre de la marque Touch Classic
https://www.shokunin.com/fr/touchclassic/furin.html

Référence
https://table-life.com/columns/post/29896
https://news.yahoo.co.jp/articles/64cc72e4087fbaf40b18211324f6f3993c3db99f

1

2

3

4

Le mugi-cha (le thé d'orge), avec son goût parfumé et rafraîchissant, est probablement la boisson d'été la plus populaire au Japon.

L'orge a été introduite au Japon vers la fin de la période Jomon et au début de la période Yayoi. On dit que c'est au cours de la période Heian, lorsque la "farine d'orge sèche" est apparue, que l'orge a commencé à être grillée et bue comme nous le faisons aujourd'hui.

Il est devenu populaire parmi la population avant le thé vert et était également apprécié par les seigneurs féodaux. Il a été commercialisé en tant que boisson pour le grand public à la fin de l'époque d'Edo. Des "magasins de thé d'orge", semblables aux cafés d'aujourd'hui, sont apparus dans toute la ville d'Edo (ancien nom de Tokyo) devenant des lieux de détente pour les gens de la ville.

Le thé d'orge, qui procure une agréable sensation de fraîcheur malgré la chaleur de l'été, est une boisson saine. La pyrazine, un ingrédient aromatique produit lors du processus de torréfaction, fluidifie le sang et améliore la circulation sanguine. Le thé d'orge contenant de la pyrazine aide à reconstituer l'eau du corps perdue dans la chaleur, ce qui en fait la boisson parfaite pour éviter la fatigue estivale.

En outre, contrairement au thé vert, qui est également une boisson estivale populaire, le thé d'orge ne contient ni caféine ni tanin, les ingrédients qui lui donnent son goût amer et astringent. Le thé d'orge est également riche en minéraux, connus pour être essentiels au maintien du bon fonctionnement de l'organisme. Pour ces raisons, il s'agit d'une boisson naturelle bien connue qui peut être consommée sans danger par les femmes enceintes et les enfants de bas-âge.

Nous avons une variété d'articles qui peuvent être utilisés pour servir le thé d'orge froid : veuillez consulter notre page en ligne.

Pelican Pitcher de Okuhara Glass
https://www.shokunin.com/fr/okuhara/pelican.html
Kop de Okuhara Glass
https://www.shokunin.com/fr/okuhara/kop.html
Getto Coaster de Okinawa Mingu
https://www.shokunin.com/fr/okinawa/enza.html

Référence
https://www.tv-tokyo.co.jp/plus/gourmet/entry/2017/014067.html
https://www.nomu.com/ouchi/special/201307/03.html
https://www.nichibaku.co.jp/

1

2

3

4

Il existe deux principaux types de sushi : le narezushi, qui est fabriqué par fermentation lactique de poisson, de sel et de riz, et le hayazushi, qui utilise du riz et des ingrédients de sushi, comme c'est le cas pour l'Edomaezushi. Aujourd'hui, il existe trois caractères kanji utilisés pour représenter les sushis, selon le type et la région.

Le caractère "鮓" désigne ce que l'on appelle le "narezushi", qui est fabriqué en faisant mariner du poisson dans du sel et d'autres ingrédients avec du riz pour le conserver, et qui est fermenté par l'action de bactéries lactiques, comme dans le funazushi de la préfecture de Shiga et le kaburazushi des préfectures de Toyama et d'Ishikawa.

Le caractère "鮨", quant à lui, est utilisé pour distinguer les sushis autres que les narezushi, et est surtout utilisé à Tokyo, car il fait référence au "nigiri-zushi" d'Edomae, qui trouve son origine dans la période Edo.

Les caractères "寿司" sont apparus lorsque le caractère kanji de bon augure pour la "longévité" a été appliqué aux sushis présentés à la Cour impériale dans l'ancienne Kyoto. Actuellement, "寿司" est la notation la plus utilisée, car elle peut être utilisée avec ou sans ingrédients et quel que soit le type de sushi, comme inarizushi ou temakizushi.

"Oshizushi" est un type de sushi fabriqué en superposant des ingrédients et du riz vinaigré dans un cadre en bois en forme de boîte et en appuyant avec force. On pense qu'il s'agit de la forme originale du nigirizushi qui est apparu à l'époque d'Edo. Le battera d'Osaka et le bozushi de maquereau de Kyoto sont classés dans ce type de sushi pressé.

La boîte à sushis pressés de Yamaichi a la taille idéale pour être partagée par deux à quatre personnes et permet de préparer huit tranches de sushis pressés avec 1,5 tasse de riz à sushis. En plus des ingrédients standards comme le saumon, vous pouvez également déguster une variété de sushis pressés comme les sushis végétariens à base de légumes comme l'avocat et la courgette.

Vous pouvez utiliser différents types d'ingrédients et de vinaigres pour les associer au saké ou au vin, ou les déguster comme un festin pour les anniversaires et autres occasions festives.

Moule à sushi de la maison Yamaichi
https://www.shokunin.com/fr/yamaichi/oshi.html
Boîte à repas en bois de la maison Matsuya Shikkiten
https://www.shokunin.com/fr/matsuya/

Référence
https://bit.ly/3eoPlfi
https://gogen-yurai.jp/sushi/
https://nextweekend.jp/18649/ (Recette)