1

2

3

4

[Les chakins pour la cérémonie du thé]

Un chakin est un tissu blanc en lin utilisé principalement pour essuyer les bols à thé pendant les préparatifs de la cérémonie du thé. Les ustensiles de thé et la manière de faire le thé diffèrent d'une école à l'autre. La taille de ce fameux tissu, le chakin, varie en fonction de son utilisation et de son style, mais un chakin a une forme rectangulaire d'environ 1 shaku x 5 sun (30 cm x 15 cm). Yamato Chakin de Okai Mafu Shoten qui est vendu chez Shokunin.com est conçu pour être utilisé selon la méthode de l'école Urasenke.

Il est intéressant de noter les différences entre les styles des trois écoles représentatives de la culture traditionnelle japonaise de la cérémonie du thé. L'école Urasenke compte le plus grand nombre d'élèves parmi les trois écoles senke. Le thé est caractérisé par le fouettage et le style est adapté à l'époque, avec des kimonos et des ustensiles qui privilégient la belle apparence. Par ailleurs, la cérémonie du thé est appelée "chado". L'école Omotesenke se caractérise par le fait qu'elle ne fouette pas beaucoup le thé. Elle respecte les anciennes traditions et qualifie appelle la cérémonie du thé de "sado". L'école Mushakoji Senke ne fouettent pas non plus beaucoup le thé et est la plus conservatrices des trois écoles Senke, et est caractérisée par la manière rationnelle et légère de la cérémonie. Dans cette école la cérémonie du thé s'appelle en principe "chanoyu".

En parlant de chakin, le chakin-zushi est un aliment dont le nom dérive du chakin. Il s'agit d'un sushi dont la forme rappelle celle d'un chakin lorsqu'il est mis en boule, et se compose d'une omelette fine qui enveloppe du gomoku-zushi et qui est nouée avec des feuilles de mitsuba, du varech finement tranché et du kanpyo aromatisé, et serait né à Tokyo. Le chakinzushi est idéal pour les grandes occasions et on le trouve souvent lors du festival des poupées. On dit que le mot "sushi" est un jeu de mot car en japonais, un des caractère qui représente le mot sushi, signifie "kotobuki", c'est-à-dire "longévité". Les sushis consommés le jour de Hinamatsuri (festival des poupées) sont tous magnifiques à regarder et sont parfaits pour ce jour où l'on souhaite dans chaque famille que les petites filles grandissent en bonne santé.

Yamato Chakin de Okai Mafu Shoten
https://www.shokunin.com/fr/okai/chakin.html
Katakuchi de Susumuya
https://www.shokunin.com/fr/susumuya/matcha.html
Tasse de Susumuya
https://www.shokunin.com/fr/susumuya/matcha.html
Poupées hina de Otera Kohachiro Shoten
https://www.shokunin.com/fr/otera/ohinasama.html

Références
https://ja.wikipedia.org/wiki/茶巾
https://ja.wikipedia.org/wiki/表千家
https://ja.wikipedia.org/wiki/裏千家
https://ja.wikipedia.org/wiki/武者小路千家

S__73891888

[Le piment de Naito]

La plupart des légumes que nous consommons aujourd'hui ont été cultivés et distribués récemment et ont été améliorés pour être plus savoureux. Les légumes ayant des caractéristiques de mutation plus faciles que d'autres, lorsqu'ils ont été introduits de l'étranger dans diverses régions du Japon, ces mutations ont été utilisées pour créer des variétés adaptées à la culture dans le climat et le sol de chaque région. Parmi ces variétés, les légumes qui sont cultivés dans la région depuis longtemps et qui sont étroitement liés à la culture alimentaire de la région sont labellisés "légumes traditionnels", au Japon. Alors que nombre d'entre eux sont menacés de disparition en raison de la faible productivité et du vieillissement des producteurs, les légumes traditionnels ont un goût, une forme et une couleur qui leur sont propres ; leur attrait a récemment été réévalué et les activités de conservation se développent actuellement.

Les légumes traditionnels de Kyoto sont ceux des plus connus. Ancienne capitale du Japon, Kyoto abritait la cour impériale et encore aujourd'hui de nombreux temples et sanctuaires, et une variété de légumes provenant de tout le Japon et de la Chine continentale y était ainsi dégusté par les personnes nobles ou les moines. Les légumes qui convenaient au sol de Kyoto ont été cultivés et ceux qui correspondaient aux goûts se sont imposés sous le nom de kyo-yasai. Ainsi, les aubergines kamo, les poireaux kujo et le daikon shogoin étaient des ingrédients utiles dans la cuisine végétarienne et kaiseki. Par ailleurs, lorsque les légumes sont devenus rares dans la ville d'Edo en raison de l'augmentation rapide de la population causée par le Sankin-kotai (les seigneurs et leur entourage devaient se déplacer de leur région jusqu'à Edo pour y rester un an puis retourner l'année d'après dan leur région et cela, dans un cycle de temps restreint) les clans ont commencé à cultiver leurs propres variétés de légumes importés de la campagne dans leurs résidences à Edo.

L'un de ces légumes est le piment de Naito, cultivé dans la ville de Naito Shinjuku, à l'époque d'Edo. Ces piments frais, piquants et savoureux étaient cultivés par la famille Naito, des seigneurs féodaux qui possédaient une résidence dans les environs de l'actuel Shinjuku Gyoen. À l'époque, ce piment a connu un essor considérable en tant que condiment pour le bukkake-soba, un plat très populaire dans la région d'Edo, où il y aurait eu jusqu'à 3 700 restaurants de soba (nouilles de sarrasin). Le nombre d'agriculteurs produisant des piments dans ce quartier et même autour de Naito Shinjuku a augmenté et Shinjuku est devenu une zone de production de piments de premier plan. En automne, pendant la saison des récoltes, toute la zone de Shinjuku s'est transformée en une scène de champs de piments rouges avec des fruits rouges, comme si un tapis rouge vif avait été étendu sur la zone. Par la suite, le piment de Naito a progressivement disparu à mesure que Naito Shinjuku a été converti en zones résidentielles et qu'une autre sorte de piment les "piments griffe de faucon" sont apparus. Aujourd'hui, le projet du piment de Naito a permis de cultiver et de produire des variétés fixes, et celui-ci a été reconnu comme un "légume de l'époque d'Edo" et a fait son retour en tant que légume labellisé. Par ailleurs, le piment de Naito est plus doux et plus facile à manger que le piment griffe de faucon, et ses feuilles sont grandes et douces, de sorte ses feuilles peuvent être largement utilisé aussi dans la cuisine.

Il existe des légumes traditionnels dans tout le Japon, et diverses initiatives se répandent, et très probablement de nombreuses personnes et techniques différentes sont impliquées. Si vous en voyez, n'hésitez pas à goûter les légumes, leurs histoires et leurs origines.

Mini assiette de la vaisselle Koishiwara
https://www.shokunin.com/fr/koishiwara/mame.html
Notre showroom de Ginza
https://www.shokunin.com/fr/showroom/ginza.html

Références
https://naito-togarashi.tokyo/about/
https://foodedu.jp/和食プロジェクト/伝統料理-伝統野菜/日本-伝統野菜
https://tradveggie.or.jp/traditional-vegetables-history/
https://www.city.kyoto.lg.jp/sankan/page/0000029058.html

151118 10453

151118 10458

151118 10487

151118 10490

[Pichet en émail de Noda Horo a été ajouté]

Depuis sa création en 1934, Noda Horo est la seule entreprise japonaise à effectuer intégralement tous les processus de fabrication d'émail au sein du pays même. Le travail consistant à souder des plaques d'acier pour former la base, à appliquer l'émail un par un à la main et à cuire les produits à haute température est répété jour après jour, et l'entreprise a continué à progresser continuellement dans le seul secteur de l'émail.

La surface du pichet en émail fabriqué par Noda Horo est résistante à l'acide et au sel en raison de sa qualité vitreuse, et elle est excellente en termes d'hygiène, ce qui présente le point le plus important d'un pichet, car l'émail est résistante aux odeurs et facile à nettoyer. La forme simple et belle, sans décoration superflue, semble être une incarnation directe de la conception de Noda Horo selon laquelle "les outils doivent aider les gens, être réconfortants et sûrs à utiliser".

Ce pichet peut contenir au maximum 1,7 litre, on peut donc y mettre de l'eau ou des boissons en abondance. Si vous préparez un pichet à table vous n'aurez plus à vous lever de votre siège pour vous resservir d'un verre de boisson. Pourquoi ne pas accueillir ce pichet sur votre table à manger comme un objet permettant de savourer lentement vos repas quotidiens ?

Pichet en émail de Noda Horo
https://www.shokunin.com/fr/noda/pitcher.html