August 2021

SIWA_coincase_wide_B

2

koutei2

koutei4

L'histoire des portefeuilles au Japon est étroitement liée à l'histoire de l'argent.

Les pièces de monnaie du Japon utilisées durant l'époque Muromachi avaient des trous au milieu et les gens les gardaient sur eux en faisant passer dans le trou une ficelle. De nombreuses personnes ont conservé ce style jusqu'à l'époque d'Edo, mais avec l'amélioration de la sécurité publique et l'augmentation du nombre de magasins, les pièces devaient être retirées fréquemment, et le style traditionnel et peu pratique a été repensé, ce qui a conduit à l'introduction du "kinchaku (pochette à cordon)".

Au milieu de l'époque d'Edo, lorsque le système féodal à la tête duquel le Shogun a été mis en place, chaque clan a émis une monnaie appelée "hansatsu (billet de clan)" destinée à circuler dans chacune des régions, un "étui à papier" en tissu permettant de stocker ces billets à été inventé. Son design s'est progressivement diversifié.

Au début de la période Meiji, lorsque le Japon a commencé à recevoir des influences de la culture occidentale, le design du portefeuille a également changé, puisque le "gamaguchi" a été introduit. Bien qu'il soit largement connu pour être un portefeuille japonais traditionnel, il a en fait été inspiré par les fermetures métalliques utilisées dans les sacs qui étaient portés par les femmes d'Europe.

Ces dernières années, en raison de l'utilisation généralisée des cartes de crédit et de la diversification des vêtements, le portefeuille a évolué pour s'adapter aux goûts et aux usages de chacun. Les portefeuilles de Siwa reflètent bien cette tendance. Ils sont simples dans leur conception, diversifiés dans leurs couleurs et leur taille, et compacts et pratiques. Il incorpore également le papier traditionnel japonais "washi", véhiculant pleinement la culture japonaise. Nous vous recommandons vivement ce portefeuille japonais à la fois moderne et traditionnel.

Wallet de Siwa
https://www.shokunin.com/fr/siwa/saifu.html

Référence
https://goldplaza.jp/column/wallet_history

1

2

neko1

i5

151118 765

151118 553

Vous avez probablement déjà vu des objets faits en "rotin".

Celui-ci est un mot malais qui signifie "un palmier rampant".

La structure appelée "gaine foliaire", qui entoure la tige, est dotée d'épines pointues, dirigées vers le bas ou en forme de crochet.

Grâce à cela, ils sont capables de grimper et de se développer sur d'autres

variétés de plantes dans la forêt tropicale.

Il s'agit aussi une des dernières plantes que vous voulez rencontrer dans la forêt.

Cependant, les fibres solides et souples qui se trouvent dans les gaines foliaires sont un matériau de prédilection pour la fabrication de chaises et d'autres meubles et objets d'artisanat.

Le charme de cette plante vient probablement de sa légèreté et de son entraînement dans la forêt naturelle.

Shokunin.com vous propose une large gamme de produits en rotin de la maison Tsuruya Shoten.

Ses produits ne sont ni colorés et ni peints, ce qui signifie que plus vous l'utiliserez, plus vous apprécierez sa couleur et sa texture.

Découvrez la robustesse de ces fibres soigneusement tissées.

Et cette information sur le rotin provient de l'exposition spéciale qui se tient actuellement au Musée national de la nature et des sciences, à Ueno (Tokyo), et s'intitule "Les plantes : des amis qui font vivre la Terre".

Parmi les autres thèmes intéressants, citons "Les plantes comme mode de vie" et "Les plantes qui font vraiment peur".

N'oubliez pas de jeter un coup d'œil sur nos produits disponibles sur notre site !

Panier en bois de glycine de la maison Tsuruya Shoten
https://www.shokunin.com/fr/tsuruya/toubasket.html
Étagère et tiroirs en bois de glycine
https://www.shokunin.com/fr/tsuruya/nidan.html
Cintre en bois de glycine
https://www.shokunin.com/fr/tsuruya/hanger.html
Maisonnette pour chats
https://www.shokunin.com/fr/tsuruya/neko.html

Référence
http://www.tsuruya-net.com
https://plants.exhibit.jp

151118 8277

Avec du calmar frais du supermarché, nous avons préparé pour la première fois une délicieuse paella aux fruits de mer et à l'encre de calmar.

Dans la poêle pour faire cuire un poisson en entier de la maison Rikucho Ogasawara, mettre 150g de riz et des fruits de mer permettront de faire une paella suffisante pour deux ou trois personnes.

Si vous mettez moins de fruits de mer, vous pouvez augmenter le riz jusqu'à 200g.

Cette fois-ci, nous avons utilisé trois sortes de fruits de mer : du calamar, des palourdes et des crevettes.

Leur saveur s'infiltrant dans le riz, nous avons pu apprécier un somptueux déjeuner.

Le riz brûlé était croustillant et très bon.

La couleur du riz qui est devenue brune avec l'encre de calmar, ressort bien sur cette poêle pour faire cuire un poisson entier.

Lorsqu'on trouve un ingrédient frais, il est amusant d'imaginer la manière avec laquelle on peut le cuisiner.

N'oubliez pas de jeter un coup d'œil sur notre site Shokunin.com.

Casserole en fonte de la marque Rikucho Ogasawara pour faire cuire du poisson
https://www.shokunin.com/fr/rikucho/fishpan.html

Recette
https://www.kurashiru.com/recipes/f9242e8f-7056-4dff-838c-0ce5254e6eef
https://mi-journey.jp/foodie/20667/