1

2

3

4

[Histoire du blé au Japon]

La farine de blé est largement utilisée dans le régime alimentaire japonais, dans les aliments de base tels que le pain et les nouilles, ainsi que dans les confiseries japonaises et occidentales telles que les brioches et les gâteaux. Cependant, à l'origine, le blé ne poussait pas naturellement au Japon, et il n'y avait pas de culture de blé ni d'aliments fabriqués à partir de farine de blé. S'il est facile d'imaginer que le pain et les gâteaux ont été introduits des pays étrangers, la farine de blé est pourtant utilisée aussi dans les nouilles telles que les udon et dans ce que l'on appelle la nourriture et les confiseries japonaises telles que les manju (brioches japonaises). Comment cette culture alimentaire utilisant ces produits à base de farine s'est-elle développée au Japon ?

Le blé est une plante qui poussait dans les prairies des régions montagneuses de l'Asie occidentale, de l'Irak et d'autres parties du Moyen-Orient pendant 10 000 ans, mélangée aux mauvaises herbes et à l'orge. Les personnes qui vivaient de la cueillette des baies, de blé et d'orge sauvages ont progressivement commencé à cultiver ces deux derniers. Lorsque la faïence a été inventée pour cuire les aliments, l'orge était cuite et consommée sous forme de bouillie, et lorsque les outils pour moudre le blé ou l'orge ont été créés, la population a commencé à manger des aliments semblables à du pain, fabriqués à partir de farine de blé, additionnée d'eau, pétrie et cuite au four. Avec le développement de la civilisation, le blé a été de plus en plus utilisé comme farine, et des outils pour moudre la farine et des techniques de fermentation ont été mis au point.

Au Japon, en revanche, les hommes du paléolithique vivaient de la chasse et de la cueillette, et se nourrissaient donc d'animaux sauvages, de baies et de féculents. En effet, le blé n'existait pas au Japon à cette époque. Au cours de la période Jomon, la faïence Jomon avait été inventée et la cuisine utilisant le feu était pratiquée, mais il n'y avait toujours pas de blé. À la fin de la période Jomon, la culture du riz a été introduite par des voyageurs venus de Chine à Kyushu, et le riz a commencé à être consommé. Le riz n'était au départ qu'un complément au régime de chasseurs-cueilleurs de ces personnes, et ce n'est qu'à l'époque Yayoi que le riz a été consommé comme aliment de base, car la culture du riz s'était étendue à mesure que la demande de riz augmentait. En fait, le blé a également été introduit par les Chinois à cette époque, en même temps que la culture du riz. Cependant, alors que le riz s'est répandu, le blé ne s'est pas répandu de façon aussi importante. En effet, le climat humide du Japon ne convenait pas à la culture du blé, lequel préfère un climat sec, et la population n'a donc pas été nombreuse à le cultiver. On pense que le blé produit était consommé comme une sorte de repas lourd en faisant bouillir la farine jusqu'à ce qu'elle devienne tendre, ou comme un pain précoce pétri avec de l'eau et cuit au four, mais on préférait le riz pour son goût.

Au cours de la période Asuka, le bouddhisme, l'économie et la culture ont été introduits au Japon à partir des pays qui sont aujourd'hui la Chine et la Corée, et la culture alimentaire a également été influencée par la Chine, ce qui a entraîné des changements. À cette époque, les Chinois mangeaient des "ping", fabriqués en pétrissant de la farine de blé avec de l'eau et en la faisant cuire à la vapeur, au four, à la friture ou à l'eau bouillante. Ce type de gâteau de riz (ping), et le plus ancien plat de nouilles chinois connu, s'appelait sakubei et était préparé en faisant bouillir des nouilles torsadées en forme de corde épaisse dans une soupe. Ce sakubei a été fabriqué au Japon pendant la période Nara (710-794) et semble être à l'origine du plat de nouilles japonais. Durant la période Muromachi (1336-1573), un plat appelé "kirimugi", préparé en pétrissant de la farine de blé avec de l'eau et en la coupant en fines lanières, était consommé et est considéré comme le prototype des udon. À partir de là, pendant la période Edo, les plats de nouilles se sont répandus, avec des changements apportés pour s'adapter aux goûts et au climat japonais, et en plus des udon, somen et nouilles froides, les soba, des nouilles faites avec de la farine de sarrasin, ont commencé à être consommées.

D'autres confiseries à base de farine, telles que le "karagashi" (唐菓子), le "mantou" (饅頭) et le "paozu" (包子), qui sont à l'origine du manju, ont également été introduites de Chine et se sont répandues au Japon tout en changeant de forme. Outre les nombreux plats et confiseries à base de blé provenant de Chine, le christianisme a été introduit par le Portugal et les Pays-Bas au cours de la période Muromachi (1336-1573), et avec lui des sucreries telles que la "castella" et le "bolo" ont également été introduites. Contrairement aux pâtisseries chinoises, ces pâtisseries étaient fabriquées en mélangeant de la farine de blé avec du sucre, des œufs et du lait, et étaient appelées "pâtisseries nanban".

La culture du blé existe ainsi depuis longtemps au Japon, mais l'aliment de base restait le riz. La principale raison en est que la culture du riz est adaptée au climat japonais et peut être récoltée de manière stable. D'autre part,comme il pleut souvent continuellement de mai à juin, lorsque les épis de blé sont mûrs, ceux-ci germent à partir des grains et la qualité du blé se détériore. Néanmoins, la culture du blé a été pratiquée avant la période Edo en tant que culture secondaire par rapport à la culture du riz. La préfecture de Kagawa est célèbre pour ses udon, un plat de nouilles typique à base de farine de blé. On peut dire que la culture des udon s'est enracinée dans cette région parce que c'était l'une des rares régions du Japon où il y avait peu de précipitations, ce qui se prêtait bien à la culture du blé.

À partir de l'ère Meiji, les échanges avec les pays étrangers se sont multipliés et la variété des plats à base de blé s'est enrichie. Avec cette augmentation de la consommation de farine, la production de blé a également augmenté et, pendant un certain temps, le blé a été exporté à l'étranger. Toutefois, en raison de son inadaptation climatique, les rendements du blé étaient instables par rapport à ceux du riz et, malgré sa popularité en tant qu'aliment, de nombreux agriculteurs ont cessé de le cultiver et le blé est devenu presque entièrement dépendant des importations. Pourtant, avec la prise de conscience croissante de l'autosuffisance alimentaire et de la sécurité alimentaire, des efforts ont été faits pour améliorer les variétés de blé nationales et la mécanisation afin de stabiliser et d'augmenter l'efficacité des récoltes, et des efforts sont faits pour augmenter la production, comme la culture du blé à Hokkaido, où il n'y a pas de saison de pluies, et comme culture secondaire pour la double culture dans les zones situées à l'ouest de la région de Kanto. En conséquence, le taux d'autosuffisance en blé, qui était tombé à 4 %, est remonté à environ 15 %. Bien que le pays dépende encore largement des importations, les travaux se poursuivent pour développer des variétés de blé adaptées au climat japonais. Bien que le riz soit l'aliment de base au Japon, le blé est étonnamment un aliment dont l'histoire est tout aussi longue et qui présente un large éventail de variations culinaires.

Ces dernières années, l'expression "sans gluten" s'est répandue et certaines personnes évitent la farine de blé en pensant que "farine de blé = mauvaise pour la santé". S'il est vrai que le blé peut ne pas convenir à certaines personnes en raison d'allergies ou de maladies, les aliments à base de blé n'ont pas d'impact négatif sur tout le monde. Pourquoi ne pas se tourner vers les produits nationaux à base de blé qui se développent en termes d'autosuffisance alimentaire et de sécurité alimentaire ?

Nos showrooms dans tout le Japon
https://www.shokunin.com/fr/showroom/

Références
https://www.seifun.or.jp/pages/92/
https://hhitosaji.com/blog/121/
https://www.homemade.co.jp/column/you-know.htm
https://kagawakenudon.com/wiki/483/